faq questions réponses nous sommes à votre écoute w

 

L’enseignement biblique concernant le "Parler en langues"

 Faq 330 Parler en langues

Question:

Selon certaines personnes, le parler en langues est un don de l'Esprit-Saint qui pousserait la personne à prier, louer Dieu dans une langue non comprise par l'intellect des hommes, soit une édification personnelle.  J'ai cherché de mon côté dans les Écritures, plus précisément dans les épîtres aux Corinthiens, si cela est biblique. 
D'autres disent que cela ne vient pas de Dieu. J'aimerais donc savoir: - que pensez-vous de ce sujet ? 

Réponse:

D'une manière générale, le parler en langue est un épiphénomène, c'est-à-dire, selon le dictionnaire, un "phénomène accessoire qui accompagne un phénomène essentiel sans être pour rien dans son apparition" (Le Robert - c'est nous qui soulignons).

Discerner l’essentiel

L’entier du Nouveau Testament souligne que le phénomène essentiel est le baptême du Saint-Esprit, annoncé et enseigné dans les Évangiles par Jésus-Christ Lui-même, vécu dans les Actes et attesté aussi dans les épîtres. En annexe à cette réponse, vous trouverez en conclusion plusieurs références à nos articles sur le Saint-Esprit. Le phénomène accessoire accompagnant l'essentiel est le parler en langues. Lorsque j'exprime le terme "accessoire", je ne minimise cependant pas son importance ! Néanmoins, force est de constater que le parler en langues n'occupe qu'une toute petite place dans le Nouveau Testament.

Comprendre le contexte

Le parler en langues s'est révélé d'une importance primordiale lors de la fondation de l'Église de Jésus-Christ, événement suivant de près celui de la Pentecôte, cf Actes 2 dont je note ici le verset 4:
"Aussitôt, ils furent tous remplis du Saint-Esprit et commencèrent à parler dans différentes langues, chacun s’exprimant comme le Saint-Esprit lui donnait de le faire"
ainsi que cette observation des v 6-7:
"... chacun d’eux les entendait parler dans sa propre langue. Dans leur étonnement, ils n’en croyaient pas leurs oreilles ...".
Quelle merveille que ce miracle: la Bonne Nouvelle de Jésus est accessible, en ce jour-là, à chacune et chacun en son propre langage ! Et de ce fait, après cette première journée correspondant à la mise en place de l'Église, du Corps de Christ, réunissant tous les humains nés de nouveau, cette première Église locale visible de Jérusalem se trouve constituée de plus de 3'000 chrétiens ! "Ceux qui acceptèrent les paroles de Pierre se firent baptiser et, ce jour-là, environ trois mille personnes furent ajoutées au nombre des croyants." Actes 2.42.

L’enseignement biblique

Le parler en langues est encore mentionné à deux reprises dans le livre des Actes: cf 10.44 à 46 et 19.6. Dans les épîtres, il n'est mentionné que dans un seul chapitre: c'est l'apôtre Paul qui doit reprendre et instruire les croyants de l'Église locale de Corinthe, ceux-ci l'utilisent à mauvais escient !

Il vaut la peine de lire avec attention 1 Corinthiens 14 qui, en fait, constitue l’unique texte de la Parole qui nous instruit de manière précise sur ce don spirituel. Oui, il est utile de lire avec grande attention ce chapitre 14.
Soulignons que l'apôtre note d'emblée la supériorité du don de prophétie sur le parler en langue: 14.5 "Je veux bien que vous sachiez tous parler dans des langues inconnues, mais je préférerais que vous prophétisiez. Celui qui prophétise est plus utile que celui qui s’exprime dans une langue inconnue".
L'apôtre indique au v9 le peu d'utilité du parler en langues dans l'Église locale: "comment saura-t-on ce que vous voulez dire si, en utilisant ces langues inconnues, vous ne prononcez que des paroles inintelligibles ? Vous parlerez en l’air !".
Au v13, Paul indique que le message transmis en langues doit être traduit: "celui qui parle en langues inconnues doit demander à Dieu de lui donner de traduire ce qu’il dit en langage compréhensible."
Puis il jauge l'utilité du parler en langue par rapport à la prédication en termes compréhensibles: "lors des réunions de l’Église, je préfère dire seulement cinq paroles compréhensibles pour instruire aussi les autres, plutôt que dix mille mots dans une langue inconnue." Le rapport proportionnel indiqué est saisissant !
Les versets 27 à 32 sont extrêmement instructifs aussi, et l'apôtre conclut ainsi "Dieu, en effet, n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix". Ainsi se termine l'enseignement concernant ce domaine particulier du parler en langues, il n'est repris, ni complété, nulle part ailleurs !

Importantes annexes

Voici, comme indiqué plus haut, quelques références tirées de notre site concernant le thème du Saint-Esprit:

Je vous indique aussi le lien vers une étude intéressante reprise du site "Par la foi":

Résumé

Le parler en langues a fait couler beaucoup d’encre, principalement suite à la croissance des mouvements pentecôtistes et des Églises charismatiques.
Avant de "s’emballer" et de donner crédit aux divers enseignements transmis sur ce sujet parfois "brûlant", il est essentiel d’examiner de plus près ce qu’en dit réellement la Parole de Dieu.
Le premier constat: la Bible est particulièrement sobre concernant le thème du parler en langues. Les passages qui le mentionnent sont peu nombreux et l’enseignement précis sur ce sujet tient en un seul chapitre: 1 Corinthiens 14.
Le second constat: cet enseignement transmis au chapitre 14 de la première épître aux Corinthiens par l’apôtre Paul ne loue pas la pratique de ce don spirituel. Il apparaît évident qu’il était source de difficultés dans cette Église locale. Ainsi Paul doit-il préciser les justes conditions d’utilisation de ce don particulier.
Il est actuellement indispensable de bien comprendre et d’appliquer le juste emploi de ce don du parler en langues.

Que Dieu vous bénisse dans l'étude de Sa Parole,
Pierre-Alain Etienne


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris